Retour au blogue

Entretenir son Sea-Doo en moins de 15 minutes !

 

Les beaux jours approchent à grands pas, et avec eux le plaisir de remettre enfin son jet à l’eau ! Mais quels sont les gestes à adopter pour passer une bonne saison en jet ? Même si vous avez tous lu avec attention le « Guide du Conducteur » de votre machine, nous vous livrons ici comment préparer et entretenir facilement votre jet pour passer un été  sans encombre et garantir la meilleure longévité possible à votre Sea-Doo...

80 % des problèmes potentiels pour la pratique du jet sont liés à la remorque, à des bouchons de nables non revissés, à un mauvais rinçage, à la condensation... Voilà autant de petites erreurs qu’il est facile de corriger par une routine d’entretien simple et régulière...


Nos recommandations avant utilisation

1. Vérifiez votre remorque !

Une bonne remorque garantit un transport sans incident ! Inspectez donc votre remorque avec soin : 

• L’état général : il ne doit pas y avoir de rouille... Appliquez donc un produit adapté pour enlever la rouille, si nécessaire.

• L’état des pneus : évaluer le taux d’usure et la pression. Regonflez vos pneus ou changez-les au besoin.

• L’état des roulements : là aussi, la rouille est le principal ennemi (signe de mauvais rinçage)...

• L’éclairage : avant de rouler, vérifiez impérativement que les feux fonctionnent (câbles, connectiques, ampoules).


2. Vérifiez votre batterie !

Avant votre première mise à l’eau de l’année, vous devez vous assurer que votre batterie est chargée à 100 %.

Si vous avez suivi les conseils de votre Guide du Conducteur pour garantir la longévité de votre batterie, vous avez dû la stocker et la charger hors du jet pendant tout l’hiver, dans un endroit sec et approprié.

Une fois la saison commencée, conservez la batterie dans votre jet mais vérifiez régulièrement qu’elle est chargée à fond et n’hésitez pas à la recharger le cas échéant.

Par ailleurs, lorsque vous vous arrêtez de manière prolongée lors de la navigation (pour un pique-nique par exemple), ne laissez pas votre coupe-circuit connecté ou le système audio allumé (si votre modèle en possède un), afin d’éviter que la batterie ne se décharge (surtout si celle-ci n’est pas toute neuve).


3. Vérifiez les niveaux !

Les niveaux d’huile et de liquide de refroidissement doivent impérativement être contrôlés avant toute utilisation.

La jauge de niveau d’huile et les bouchons de remplissage (pour l’huile et le liquide de refroidissement) sont facilement reconnaissables et accessibles lorsque vous ouvrez la selle située au-dessus du compartiment moteur.

Pour contrôler le niveau d’huile, faites tourner votre moteur dix à quinze secondes (maxi), puis éteignez le moteur, laissez reposer l’huile trente secondes environ, retirez la jauge, essuyez-là avec un chiffon, réinsérez-là en la poussant à fond, puis sortez-là à nouveau pour lire le niveau d’huile. Ce dernier doit se situer entre les deux marques. Si le niveau est égal ou en dessous de la marque inférieure, ajoutez immédiatement de l’huile.

En ce qui concerne le niveau du liquide de refroidissement, vérifiez-le uniquement lorsque le moteur est froid et ne remplissez jamais le réservoir quand le moteur est chaud. Le niveau du liquide de refroidissement doit se situer entre les marques MIN et MAX. Ajoutez du liquide de refroidissement si nécessaire, en utilisant si possible un entonnoir afin d’éviter de renverser du liquide.

Attention, si vous constatez qu’il faut remplir souvent le réservoir de liquide de refroidissement, cela peut vouloir dire qu’il y a une fuite ou une anomalie dans le moteur... Nous vous recommandons alors d’emmener votre machine directement chez votre concessionnaire.

Enfin, prenez conseil auprès de votre concessionnaire, afin d’utiliser la bonne huile et le bon liquide de refroidissement, qui garantiront une meilleure longévité de votre moteur.


4. Attention aux nables !

Qui n’a jamais oublié de revisser les bouchons de nables !?

Pour éviter que votre jet ne se remplisse d’eau (voire, « ne coule » !), veillez à ce que les bouchons de nables soient bien vissés avant de mettre à l’eau...


5. Validité et état du matériel d’armement obligatoire

Soyez sûr d’emporter le matériel d’armement obligatoire en bon état : un bout de remorquage, et une lampe à clipser sur le gilet de sauvetage.

 

Rappel check-list avant utilisation

• État de la remorque.

• Batterie chargée à 100 %.

• Niveaux d’huile et de liquide de refroidissement.

• Bouchons de nables bien vissés.

• Validité et état du matériel d’armement obligatoire.


L’entretien après utilisation

Ça y est ! Vous venez de faire une magnifique rando à bord de votre Sea-Doo et vous avez déjà prévu d’y retourner demain...

Alors, pour profiter pleinement de votre jet durant tout l’été, ne négligez pas l’entretien quotidien de votre machine, surtout si vous l’utilisez en eau de mer car, comme chacun sait, la corrosion est l’ennemie numéro 1 des engins nautiques !

Cependant, vous avez de la chance, car Sea-Doo est la seule marque à proposer un système de refroidissement (CLCS) en circuit fermé. Cette technologie exclusive signifie que la fiabilité de votre jet a été renforcée et sa longévité accrue, puisqu’elle prévient la corrosion et empêche au maximum l’infiltration de débris à l’intérieur du moteur...

Cela dit, même simplifié, l’entretien de votre jet après utilisation reste primordial pour s’assurer une saison sans souci !


1. Rincez l’extérieur et le compartiment moteur !

Une fois chez vous (ou sur une aire dédiée avec arrivée d’eau douce), rincez abondamment tout l’extérieur de votre jet à l’eau douce, en insistant notamment sur tous les éléments de la turbine. N’oubliez pas aussi les parties sensibles de la remorque (notamment les roulements) et les cliquets des sangles.

Une fois l’extérieur terminé, rincez également le compartiment moteur, en ayant pris soin d’ouvrir les bouchons de nables afin que l’eau s’évacue.

Attention : n’utilisez jamais de nettoyeur haute pression, pour éviter d’arracher les câbles et d’endommager votre machine.

Profitez également de ce rinçage pour passer aussi tout votre équipement sous l’eau douce (combi, gilet, etc.).


2. Rincez obligatoirement le système d’échappement !

Le rinçage du système d’échappement doit être minutieux et demande de suivre les étapes dans le bon ordre :

• Mettre l’adaptateur de raccord de rinçage (l’embout Sea-Doo est recommandé car son joint est plus résistant).

• Branchez le tuyau sans ouvrir le robinet d’eau.

• Démarrez toujours le moteur avant d’ouvrir le robinet d’eau, qui doit cependant être ouvert quasi simultanément (afin d’éviter une surchauffe moteur).

• Laissez l’eau ouverte, moteur tournant au ralenti, environ 20 secondes maxi.

Attention de ne jamais laisser tourner le moteur au-delà de 90 secondes et de ne jamais le laisser tourner sans alimenter le système d’échappement en eau, quand votre jet est hors de l’eau.

• Fermez le robinet d’eau, moteur toujours allumé.

• Enlevez le tuyau, puis accélérez deux ou trois fois pour vider complètement l’eau (qui sort par la turbine).


3. Inclinez, videz et revissez !

Une fois que le rinçage est fini, inclinez votre jet en arrière sur la remorque pour vider complètement l’eau.

Enfin, étape ultime, on ne le répétera jamais assez : n’oubliez pas de revisser les bouchons de nables !


4. Pulvérisez un lubrifiant anticorrosion

Après avoir rapidement séché les différentes parties du moteur avec un chiffon propre, pulvérisez un lubrifiant anticorrosion sur les composants métalliques du bloc moteur.

Cette opération est également valable pour les parties métalliques sensibles de la remorque.


5. Aérez !

Votre jet est maintenant presque prêt à dormir tranquille jusqu’à sa prochaine sortie...

Une fois qu’il sera stationné, il ne vous reste plus qu’à ouvrir la selle, le coffre et la boîte à gants, pour laisser passer l’air et éviter ainsi un phénomène de condensation (parmi les problèmes provoquant le plus de dégâts et d’usure !)

 

Nos dernières recommandations pour un été sans souci

• Ne laissez jamais votre coupe-circuit dans la boîte à gants de votre jet une fois stationné. 

En cas de vol, le recodage de la clé de contact est en effet un moyen permettant de retrouver le jet.

Conservez cependant votre coupe-circuit avec vos affaires de jet, afin d’éviter de l’oublier le jour où vous partez naviguer...

• Fixer un tracker à l’intérieur de votre jet est un bon moyen de géo-localiser votre machine en cas de prêt ou de vol.

Attention cependant de l’isoler dans une pochette étanche et de vérifier que la batterie soit régulièrement rechargée.

• Mettre un antivol à votre remorque avant de partir en rando...

 

Même si cela peut vous paraître un peu rébarbatif, vous verrez que cet entretien après chaque sortie demeure facile, rapide, et reste le garant de la longévité de votre Sea-Doo !

Pour toute interrogation, n’hésitez pas à vous référer au Guide du Conducteur de votre jet et surtout, n’oubliez pas de prendre rendez-vous chaque année avec votre concessionnaire pour un entretien plus profond de votre jet et de votre remorque... Le « tableau d’entretien » de votre Guide du Conducteur liste ainsi précisément tout ce qui doit être fait sur votre jet...

Bonne saison à tous en Sea-Doo !

Vous aimerez peut-être aussi

  • Conseils Sea-Doo : Mise à l’eau et chargement de votre Sea-Doo

    Conseils Sea-Doo : Mise à l’eau et chargement de votre Sea-Doo

    Lire l'article
  • Polyvalence à la Sea-Doo : les accessoires LinQ

    Polyvalence à la Sea-Doo : les accessoires LinQ

    Lire l'article
  • Sea-Doo RXP-X RS : Prêt à battre le record ?!

    Sea-Doo RXP-X RS : Prêt à battre le record ?!

    Lire l'article